Les apprentissages

Les apprentissages tout au long de la vie

Pour le directeur de l’Unesco, Koïchuro Matsura, « l’éducation et la formation tout au long de la vie, ce n’est pas seulement une addition de la formation scolaire et la formation permanente mais cela devient une façon globale d’envisager notre rapport au savoir » (2008, 1er forum mondial sur l’éducation et la formation tout au long de la vie). Cet article a pour but de préciser l’évolution des notions d’éducation, de formation et d’apprentissage tout au long de la vie.

Origine

La notion d’éducation, centrée sur la transmission des adultes vers les jeunes Emile Durkheim, est complétée par la notion de formation comme préparation à l’exercice d’une activité, essentiellement professionnelle. A la fin des deux premières guerres mondiales, il a fallu remettre au travail de nombreux adultes dont beaucoup avaient interrompu leurs études. De là est né la notion d’éducation des adultes consacrée par l’ONU au travers des Conférences internationales sur l’éducation des adultes (CONFINTEA) organisées par l’UNESCO :

  • 1949 : Elseneur, Danemark
  • 1960 : Montréal, Canada
  • 1972 : Tokyo, Japon
  • 1985 : Paris, France
  • 1997 : Hambourg, Allemagne
  • 2009 : Belém, Brésil

Voir le document « Rapport de la CONFINTEA VI » (2010, Comité mondial de l’éducation et de la formation tout au long de la vie) pour les objectifs de ces conférences.

Evolution de la notion

Le terme d’éducation et de formation tout au long de la vie lui-même s’est développé à partir de notions telles que “l’éducation fondamentale” (Déclaration mondiale sur l’Éducation pour tous, 1990), “la formation continue”, “l’éducation de base” (Définition de l’UNESCO, 1952), “l’éducation permanente” (L’idée d’éducation permanente et son expression internationale depuis les années 1960, J-C Forquin), l’« éducation populaire » ou “l’éducation récurrente” (L’éducation récurrente : du concept à sa mise en oeuvre, Albert Tuijnman, 1991). À aucun moment, l’Unesco n’a assimilé ces concepts -pas même celui d’éducation de base- à une éducation minimale, mais les a toujours considérés comme un élément fondateur de tout apprentissage et comme faisant partie intrinsèquement de l’éducation postscolaire et de l’éducation tout au long de la vie.

De nombreux rapports et déclarations ont précisé les notions d’éducation, de formation et d’apprentissage tout au long de la vie :

De l’éducation aux apprentissages tout au long de la vie

Actuellement, la notion s’est élargie à toutes les étapes de la vie, du berceau à la tombe (lifelong learning), ce qui inclut les questions se rapportant à la petite enfance ou aux séniors. Elle comprend également les apprentissages intervenant dans toutes les situations de la vie (lifewide learning), donc y compris hors des lieux dédiés à l’éducation. Cette extension de la notion d’éducation s’exprime par la catégorisation en éducation formelle, éducation non formelle et apprentissages informels.

Éducation non formelle. Activités d’apprentissage ordinairement organisées en dehors du système éducatif formel. Cette expression est en général opposée à celles d’éducation formelle et d’éducation informelle. Dans différents contextes, l’éducation non formelle englobe les activités éducatives consacrées à l’alphabétisation des adultes, à l’éducation de base des enfants et des jeunes non scolarisés, à l’acquisition de compétences nécessaires dans la vie courante et de compétences professionnelles, ainsi qu’à la culture générale. (glossaire UNESCO).

Inversement, on peut considérer en premier lieu la dimension formatrice de toute expérience, y compris celles en milieu éducatif. Ainsi, il devient possible de construire des ponts entre les différentes manières d’apprendre que ce soit dans la vie ordinaire, en situation de travail ou en milieu éducatif, en vue de créer une culture des apprentissages tout au long de la vie au profit de tous, au titre individuel et collectif, et à tous les âges de la vie.

Au plan international, les deux organismes mondiaux spécialisés dans le « Lifelong learning », le Comité mondial pour les apprentissages tout au long de la vie (CMA) et l’Institut de l’Unesco pour l’apprentissage tout au long de la vie (UIL, UNESCO Institute for lifelong learning de Hambourg coopèrent entre eux, particulièrement dans la réalisation de forums mondiaux.

Références

Bibliographie

  • Alain BOURNAZEL, L’éducation tout au long de la vie, Ellipses, 2001
  • Danielle COLARDYN, Lifelong learning : which ways forward ? Utrecht: Lemma, 2002
  • Jacques DELORS L’éducation : un trésor est caché dedans, Paris: Odile Jacob, 1996
  • Joffre DUMAZEDIER Vers une civilisation du loisir, Paris: Seuil, 1972
  • Edgar FAURE Apprendre à être, Paris: Seuil, 1972
  • John FIELD Lifelong Learning and the New Educational Order,Trentham Books, année=2008
  • Sue JACKSON Innovations in lifelong learning, critical perspectives on diversity, participation and vocational learning, London: Routledge, année=2010
  • Jean-Claude FORQUIN Les composantes doctrinales de l’idée d’éducation permanente, Paris: L’Harmattan, 2002
  • Julia PREECE Lifelong Learning and Development, London: Continuum, 2009
  • Jean-Louis LE GRAND, Lucette COLIN,  L’éducation tout au long de la vie, Paris: Economica, 2008
  • Paul LENGRAND Introduction à l’éducation permanente, Paris: UNESCO, 1970
  • Tom SCHULLER The benefit of learning, The impact of education on health, family life and social capital, London: RoutledgeFalmer, 2004
  • Allan TOUGH The Adult’s Learning Projects, Fresh Approach to Theory and Practice in Adult Learning, Toronto: OISE, 1971
  • Jin YANG, Raùl Valdés-Cotera Conceptuel evolution and policy developments in lifelong learning, Hamburg: UIL, 2011

Liens externes


Aller à la barre d’outils