Réseaux apprenants

Dossier Réseaux apprenants

Un thème traité dans La Lettre du CMA N°5

Quel serait le réseau « idéal » répondant aux exigences du présent ? Comment construire un réseau d’apprentissages à côté des réseaux d’information et de communication ? Quelles complémentarités ? Quelles concurrences ?

C’est sur ces questionnements que s’est penchée la deuxième session du 2e Forum mondial. Si la priorité est de permettre l’accès aux savoirs au plus grand nombre, apprendre en réseau devient une préoccupation première. Les réseaux ouvrent dans le monde des apprentissages, des brèches où « inventer et vivre ensemble » devient possible, où s’abolissent les frontières spatiales et temporelles des apprentissages. Au-delà, les réseaux permettent le déploiement d’une citoyenneté active et démocratique. Il y a certes des risques mais aussi « des espaces » à préserver : celui des liens de l’individu avec le collectif, celui du « local » avec le global.

Le développement des réseaux, notamment européens et mondiaux, a permis à des communautés de formateurs de se rencontrer et de construire «une nouvelle toile» au sein de la société de la connaissance. Il s’agit de relier les activités d’apprentissages relevant de différents domaines et de mettre en réseau les organisations et associations qui favorisent les processus d’apprentissages formels, et informels. En période de crise, les systèmes d’apprentissages tout au long de la vie transforment les acteurs de l’éducation et de la formation qui ont à créer une nouvelle force de proposition pour les générations futures. Apprendre en réseau, dans le contexte mondial actuel, ne relève plus d’une utopie mais plutôt d’un progrès social où chacun peut trouver un rôle à sa mesure dans l’échange et l’enrichissement mutuels.

Une piste prometteuse concerne la conjugaison des réseaux informels, associatifs et institutionnels au service d’une politique d’apprentissage tout au long de la vie. Il n’échappera pas qu’un tel projet peut sembler ambitieux, peut-être trop ambitieux. Il suppose un état des lieux qui prend acte de la diversité des formes de réseaux dans un contexte marqué, quelles que soient les aires géographiques, par la complexification des formes d’affiliation et de participation sociale. Il convient de prendre également en compte un paysage global de mobilité croissante, d’incertitude individuelle et collective quant à l’avenir, où dominent et se font entendre tout particulièrement les discours sur « la crise ».


Les réseaux apprenants à la SNCF par Thierry Raynard

Face aux enjeux de transformation, les réseaux apprenants permettent de coconstruire le changement avant de le conduire. Une vingtaine de réseaux existent et permettent des sauts de performance très forts. Objet de travail commun, vision partagée, conciliation d’une posture hiérarchique et d’influence des managers, gestion des désaccords, écart de point du vue et surtout expérimentation dans son cercle d’influence, tels en sont les principaux ingrédients. L’article questionne aussi bien les freins (le mot « apprenance » lui-même) que les nouveaux leviers, notamment l’essor du digital qui véhicule des postures managériales très proches.
Education Permanente n°207 – 2016-2 – Autour de l’apprenance


Le journal du Dimanche du 28/10/2014 fait le point sur la diffusion des MOOC en France et donne la parole à Michel Serres
La France dans la course aux MOOC


Le 9e séminaire international en juin 2014

a porté sur le thème Les réseaux mondiaux sont-ils apprenants ?
Programme du séminaire

La question reste entière : les réseaux apprenants sont-ils un repli jaloux dans un cercle d’initiés ou une ouverture vers de nouveaux horizons encore en friche? Comment construire et réussir une stratégie réseau pour accompagner le changement, favoriser l’intégration et gérer la véritable innovation  à l’échelle mondiale?

On le sait, La dimension apprentissage mutuel est la composante centrale d’un réseau apprenant en tant que lieu de ressources et d’apprentissage.

 Archétype d’une organisation apprenante, les Réseaux d’Échanges Réciproques de Savoirs (RERS) constituent une pratique exemplaire à cet égard. Cet « appel aux intelligences », pour reprendre le titre du premier ouvrage de sa fondatrice Claire HEBER-SUFFRIN, part de deux postulats :

  • Chaque personne a beaucoup de richesse en soi et de savoirs, à transmettre, à faire partager
  • En même temps, chaque personne a soif de connaître d’autres choses, d’apprendre, de comprendre

Mettre en avant les réseaux comme vecteur de développement des apprentissages tout au long de la vie implique tout d’abord de répondre à la question suivante : de quoi parlons-nous quand nous parlons de réseaux apprenants?


Un article sur les MOOC de Pierre LANDRY,

secrétaire général du CMA, dans la Revue Distance et médiation des savoirs, 2014-6
Les MOOC changeront-ils le rôle des universités ? [Full text]


I.4 Quel rôle peuvent jouer les réseaux dans les apprentissages tout au long de la vie ?

Extrait Actes du 2e Forum mondial de l’éducation et de la formation tout au long de la vie (pp. 33-41) (juillet 2010).


Claire Heber-Suffin s’interroge sur la notion de réseaux humains

(qu’ils soient de proximité ou à distance), de réseaux entre humains, entre personnes individuelles et/ou membres de collectifs. Elle pense que la notion de réseaux s’applique d’abord aux personnes ; que, lorsque les collectifs « se mettent en réseaux », c’est toujours à travers des personnes qu’ils se relient.
Article de Claire Héber-Suffrin (mai 2008).

Réseaux d’échanges réciproques de savoirs
Bibliographie commentée d’ouvrages publiés :
  • relatifs aux Réseaux d’échanges réciproques de savoirs®
  • les reconnaissant ou les citant comme pratiques pédagogiques,culturelles, citoyennes, sociales, d’économie solidaire…
  • réalisés coopérativement dans ces Réseaux
  • auxquels ces réseaux ou leurs acteurs ont contribué

Bibliographie commentee sur les RERS 02 12 2016-2

Apprentissages et réciprocité

L’association pour la promotion du label des Ateliers Pédagogiques Personnalisés (APAPP)

L’organisation en réseau : Du local au national
Le fonctionnement en réseau est un des fondamentaux de la démarche APP. Il permet des pratiques d’échanges, de mutualisation et d’appui et d’innovations pédagogiques. S’appuyant sur une large couverture territoriale, il garantit une réponse cohérente et similaire pour toute personne souhaitant suivre un parcours de formation APP.


Aller à la barre d’outils