Numérique

La Lettre du CMA n°3, février 2013 : Le numérique est-il porteur d’une révolution pédagogique?
En 2005, l’UNESCO publiait le rapport « Vers les Société du savoir » montrait les risques et les opportunités engendrés par la révolution cognitive et technologique héritée du XXe siècle.

On reconnaît aujourd’hui que le savoir est devenu l’objet d’immenses enjeux économiques, politiques et culturels, au point de pouvoir prétendre qualifier les sociétés dont nous commençons à voir se préciser les contours.

Après les rapports Faure et Delors, ce constat a renforcé l’idée que les apprentissages tout au long de la vie étaient une nécessité.
n 2013, L’UNESCO publiait un nouveau rapport « Renouveler la vision des sociétés du savoir pour la paix et le développement durable » qui insistait sur la notion de développement durable rendant encore plus nécessaire les apprentissages tout au long de la vie conduisant à une plus grande autonomie des personnes gage d’une participation effective à l’action collective.

ce sont les individus qui transforment les sociétés, pas les technologies. Les nouvelles TIC offrent d’immenses possibilités d’accélérer les progrès en faveur d’un développement durable et inclusif, mais elles ne sont pas suffisantes. L’autonomisation des femmes et des hommes exige, en plus d’un accès à l’information, les capacités de transformer cette information en savoir. Cela suppose un apprentissage de qualité, en environnement formel et informel, selon des méthodes qui encouragent la pleine participation de l’apprenant. Pour ce faire, des politiques ciblées sont nécessaires afin de combler les nouvelles fractures numériques qui apparaissent à travers le monde, entre les sociétés et en leur sein. […]

Notre  point  de  départ  consiste  à  rappeler  que  si  le  savoir  peut  faire  l’objet  d’une  valorisation  en  termes  économiques,  il  est  aussi  au  cœur  de  la  culture  et  de  la  vie  humaine  dans  des  sociétés  pacifiques.  Nous  insistons  sur  le  fait  que  l’accès  universel  à  l’information  est  une  condition  essentielle,  mais  non suffisante de l’édification de sociétés du savoir pour la paix et  le  développement  durable.  En  effet,  savoir  implique  sens,  appropriation et participation. L’accès au savoir, c’est beaucoup plus que l’accès aux TIC ou à l’information numérique.
Le savoir renvoie   à   l’apprentissage   dans   des   contextes   d’éducation   formelle ou informelle et il s’acquiert par l’expérience
. Le savoir est un moyen d’atteindre des objectifs sociaux ou économiques. Il  est  essentiel  à  la  socialisation  culturelle,  à  la  participation  politique  et  à  l’intégration  aux  marchés.  Il  est  aussi  le  chemin  qui  mène  à  l’émancipation  individuelle  et  collective  et  doit  être  valorisé  pour  lui-même.  Nous  ne  pourrons  réaliser  tout  le  potentiel  des  réseaux  numériques  et  des  applications  des  médias  et  de  l’information  qu’à  condition  de  trouver  le  juste  équilibre entre intérêts privés et publics à l’égard du savoir.


L’univers de l’écrit est de plus en plus concurrencé par le monde des écrans qui non seulement modifie notre façon de lire les textes mais aussi où se confronte ces textes aux images et aux sons. La portabilité des objets supports des écrans font qu’ils sont omni présents dans notre quotidien. En quoi nos environnements d’apprentissages sont-ils modifiés du fait de leur présence ? Nos manières de penser et d’apprendre s’en trouvent-elles transformées?

Les environnements d’apprentissages et le numérique
    • Le numérique à l’école : évolution ou révolution pédagogique ? (décembre 2014)
      Dans le no 67 « Pédagogie et révolution numérique » de la Revue internationale d’éducation Sèvres, les questions suivantes sont posées à Daniel Moatii, Eric Bruillard, François Bocquet, Joël Guignolet :

      • Le numérique permet-il d’apprendre et d’enseigner mieux ? La question reste posée. À côté des réels effets positifs du numérique, on observe certains « mésusages » des technologies numériques. Si le numérique ne peut à l’évidence résoudre tous les problèmes de l’apprentissage et de l’enseignement, comment permettre au système éducatif de tirer parti de ses avantages et de ses atouts ?
      • En France, l’école est par tradition porteuse d’une culture humaniste. Comment situer la culture numérique, si tant est qu’elle existe, par rapport à la culture humaniste au XXIe siècle ? Quelle est la place de la culture numérique à l’école ? Le numérique permet-il d’enrichir ou de réinventer la culture humaniste ? L’approche disciplinaire de l’école est-elle encore compatible avec une véritable culture humaniste à l’ère numérique ?
      • Le numérique apporte de nouveaux concepts, de nouveaux savoirs, et transforme les savoirs. Par ses enjeux collaboratifs, il remet en question le cloisonnement disci¬plinaire. L’éducation doit-elle inventer de nouvelles formes, de nouveaux périmètres dans le paysage des disciplines ? Faut-il enseigner le numérique comme une discipline à part entière ou relève-t-il d’une éducation transversale ?
      • L’essor rapide du numérique plonge la société et l’école dans un monde d’incerti¬tude et de risque, mais offre aussi des possibilités nouvelles pour faire des choix pédagogiques et éducatifs. Dans ce monde qui change, le numérique renouvelle la question de la citoyenneté, bouleverse les cadres habituels. Comment l’école prend-elle cela en compte ? Comment peut-elle éduquer à la responsabilité ? Quelle société veut-on, quel est le rôle de l’école dans cette société ?
Ni technophiles ni technophobes, mais techno »discernant »
Gestion du temps et présence devant les écrans (avril 2015)
  • L’émission « Écran global« , de TV5 du 17 juin 2014 reprise ce mois-ci par LCP, est instructive : trop d’écrans fait écran à la vie !
    On peut voir l’émission sur Youtube :
    Cette émission montre les avantages et les limites de l’usage des écrans dans la communication. Il faut en tenir compte dans les cas des MOOC.
Britt-Mari Barth. Apprendre avec le numérique, 2014
  • Comment faire interagir la révolution cognitive et la révolution numérique ? Quels éclairages ?
Les non-usages des TIC

Modélisations, explications, remédiation
Revue Recherches et Éducation, juin 2012
Sous la direction de Pascal Marquet
Il ne s’agit pas de faire le procès des TIC, mais bien d’identifier les obstacles qui subsistent encore, en vue d’une intégration raisonnée et justifiée des TIC dans les pratiques d’éducation et de formation.

Portée et limites de la numérisation de l’apprentissage

André Tricot, février 2017

Mythe Numéro 1 : On est plus motivé quand on apprend avec le numérique

  • Mythe Numéro 2 : On apprend mieux en jouant grâce au numérique
  • Mythe Numéro 3 : Le numérique favorise l’autonomie des apprenants
  • Mythe Numéro 4 : Le numérique permet un apprentissage plus actif
  • Mythe Numéro 5 : Les images animées permettent de mieux apprendre
  • Mythe Numéro 6 : Le numérique permet de s’adapter aux besoins particuliers des apprenants
  • Mythe Numéro 7 : La lecture sur écran réduit les compétences de lecture et les capacités d’attention des jeunes
  • Mythe Numéro 8 : Les élèves savent utiliser naturellement le numérique car c’est de leur génération
  • Mythe Numéro 9 : Le numérique va modifier le statut même des savoirs, des enseignants et des élèves
Les MOOC Révolution ou simple effet de mode?
  • 2013 – Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire, 10(2)
    Article de Thierry Karsenti
    Ce texte présente un portrait à la fois synthèse et critique de la question des MOOC (massive open online courses) ou les CLOM (cours en ligne ouverts et massifs) en enseignement universitaire. Nous présentons d’abord l’historique de cette innovation en pédagogie universitaire, les principaux acteurs universitaires impliqués dans la création de MOOC, la question de la gratuité réelle de cette nouvelle tendance, puis les composantes des MOOC. Nous traitons aussi de la pédagogie à des supergroupes : comment enseigne-t-on à plus de 100 000 étudiants? La question des méthodes et techniques d’évaluation, puis celle des MOOC dits connectivistes sont aussi abordées. À partir d’une recension de quelque 100 écrits, une synthèse des résultats de recherche sur la question vient clore ce manuscrit.

LE E-LEARNING EN QUESTION
EAD, FAD, E-LEARNING : QUELS RAPPORTS ?
Pierre LANDRY

dossier-thematique-proxima

L’Observatoire de la jeunesse propose un numéro d’Études et synthèses de l’INJEP

sur la mutation des pratiques culturelles à l’heure numérique :

    • Le développement de la culture numérique chez les jeunes accentue la distance croissante, au fil des générations, avec la culture scolaire dont l’emblème est le livre.
      voir l’étude.


Quelques références concernant l’usage du numérique à des fins éducatives pour nourrir le débat (2013-2014).
  • Larry Sanger et les trois lieux communs sur l’apprentissage à l’ère d’Internet, 2010
  • Apprendre à coder ou initier à l’algorithmique ? 1980
  • Des expérimentations en mal d’évaluations, 2014 au XXIème siècle – Dossier de la revue Sciences Humaines, octobre 2014
  • Transformer l’éducation : Le pouvoir des politiques relatives aux TIC (UNESCO), 2013

France : Tout savoir sur le numérique à l’École :
    • la stratégie pour faire entrer l’École dans l’ère du numérique, l’actualité de la politique numérique du ministère, etc.

Pédagogie et révolution numérique” de la Revue internationale d’éducation de Sèvre, 2014
Revue Distances et Médiations des Savoirs (DMS) No 6/2014
Enjeux et paradoxes du défi numérique vis-à-vis des rapports aux savoirs – Quelques éclairages pragmatiques, Olivier Las Vergnas, 28 novembre 2013
    • Le colloque « La formation à l’épreuve du numérique ». organisé au CNAM de Paris par l’AFPA et Éducation Permanente était introduit par Olivier Las Vergnas, directeur de la Cité des Métiers, chercheur invité de l’équipe « apprenance et formation des adultes » (CREF, université Paris-Ouest).
      Accès à la conférence


Mooc : les enjeux cachés de l’enseignement en ligne
    • Pour Guillaume Miquelard-Garnier, l’engouement actuel pour les cours en ligne ouverts et massifs (Mooc) doit conduire à s’interroger rapidement sur les finalités attendues et les enjeux cachés. Ce que l’on entend le plus souvent, c’est qu’il s’agit rien moins que de « révolutionner l’enseignement ». Or, si telle est l’ambition, le prosaïsme devrait être de rigueur. Précisons déjà clairement quels sont les types d’enseignement, et les publics visés[1] : formation initiale ou de continue, cours destinés à des cadres plus particuliers comme le droit interne à la formation, ou de vulgarisation pour un public de curieux ? Parle-t-on avant tout de premier cycle ou de cours de master?
      On ne peut décemment croire que les MOOC représenteront dans l’avenir la solution universelle pour tous les types d’enseignement et tous les publics.br /> Plus généralement encore, il convient de s’interroger sur la finalité attendue: « diffuser la connaissance » ou, de façon plus terre-à-terre mettre en place de nouveaux types de formations diplômantes ?
      Dans le premier cas, la principale question à se poser sera celle de la fracture numérique, géographique et sociale, pour ne pas renforcer un enseignement à deux vitesses.
      Dans le second cas, il faudra tenir compte de l’importance historique du diplôme en France. Beaucoup d’entreprises, encore aujourd’hui, ne reconnaissent par exemple pas les diplômes obtenus en formation continue.
      Source: Le Monde, 11/10/2013
      The First MOOC Accredited Degree: Masters in Computer Science at Georgia Tech
Enseigner aux « Digital Natives »
    • Les outils numériques sont omniprésents dans la société et les plus jeunes d’entre-nous entretiennent avec eux une relation familière.
      Un enseignant, Jean-Jacques Lequemener, témoigne sur sa manière de prendre en compte cette donnée pour tenir son rôle d’éducateur.
      Une vidéo de 22′ très instructive
L’enfant, l’école et l’enseignant transformés par le numérique
    • Comment le numérique bouleverse-t-il tous nos repères et nos rapports au monde et aux autres ? Invité de l’Université d’Automne du Snuipp, Serge Tisseron, psychiatre, directeur de recherche à Paris 7, a réaffirmé son engagement pour offrir aux enfants, dès la maternelle, une véritable éducation aux images et au virtuel, dans la lignée de la campagne qu’il a lancée il y a quelques mois, « 3-6-9-12 : maîtrisons les écrans ».
      Interview de S. Tisseron, Café Pédagogique L’enfant et les écrans, avis de l’Académie des sciences, 17 janvier 2013.

 

Ouverture de l’école sur le monde et responsabilisation des jeunes
  • iEARN (International Education and Resource Network)
    est un important réseau mondial à but non lucratif qui permet aux enseignants et aux jeunes d’utiliser Internet et d’autres technologies afin de collaborer sur des projets qui améliorent l’apprentissage et d’être des acteurs actifs dans le monde.
    Dossier Thot
Conférence : La révolution numérique par Michel Serres
  • Michel Serres, de l’Académie française, a prononcé le 29 janvier 2013 la conférence inaugurale du Programme Paris Nouveaux Mondes, l’Initiative d’excellence du Pôle de recherche et d’enseignement supérieur « hautes études, Sorbonne, arts et métiers »(PRES HESAM). Cette conférence, sur le thème « l’innovation et le numérique », marque le lancement officiel du Programme.
    La révolution numérique en cours aura selon Michel Serres des effets au moins aussi considérables qu’en leur temps l’invention de l’écriture puis celle de l’imprimerie. Les notions de temps et d’espace en sont totalement transformées. Les façons d’accéder à la connaissance profondément modifiées.
    A cet égard, chaque grande rupture dans l’histoire de l’humanité conduit à priver l’homme de facultés (« l’homme perd ») mais chaque révolution lui en apporte de nouvelles (« l’homme gagne »). A la part de mémoire et de capacité mentale de traitement de l’information qu’il perd avec la diffusion généralisée des technologies numériques, l’homme gagne une possibilité nouvelle de mise en relation (d’individus, de groupes et de réseaux, de savoirs) mais aussi une faculté décuplée d’invention et de création. C’est probablement de ce côté-là que se trouvent les réponses aux enjeux contemporains de l’humanité.
    Michel Serres a souligné que l’écart entre les pratiques nouvelles nées de la diffusion généralisée, dès le plus jeune âge, du numérique et celles des organisations instituées à une époque où l’humanité vivait autrement, est devenu considérable. L’entrée dans cette nouvelle ère de l’humanité interpelle la sphère académique. L’École et l’Université doivent engager leur métamorphose.
De la craie à la souris : l’école se numérise ! (vidéo, 1h20)
  • Café des techniques, Musée des arts et métiers, 16 février 2012
    Quelles sont les conditions d’une bonne intégration des technologies numériques dans l’éducation ? Dans quelle mesure le numérique peut-il jouer un rôle dans la réussite scolaire ? Comment faire évoluer les pratiques pédagogiques et proposer un enseignement plus individualisé et collaboratif ? Comment garantir l’équité territoriale de l’offre éducative ? Quel bilan peut–on dresser aujourd’hui de l’entrée du numérique à l’école ?

      Avec la participation de :

    • Alain Cazes, ancien directeur du Ceante (Centre d’études et d’applications des nouvelles technologies éducatives) au Cnam, directeur de Cinm, Concepts informatiques pour le multimédia nomade et professeur au collège
    • Jean-Michel Fourgous, député-maire d’Élancourt, auteur du rapport parlementaire « Réussir l’école numérique » et de l’ouvrage « Réussir à l’école avec le numérique » (Odile Jacob)
    • Pierre Mœglin, professeur, LabSic, université Paris 13, directeur de la Maison des sciences de l’homme Paris nord, auteur de l’ouvrage « Les industries éducatives » (Que sais-je, PUF)
    • François Villemonteix, maître de conférences, laboratoire EMA, université Cergy-Pontoise, auteur de « L’informatique scolaire à l’école primaire, spécificités et devenir du groupe des animateurs TICE » (l’Harmattan)

    Rencontre animée par Paul de Brem, journaliste scientifique.

EUREKA !
  • Unisciel,( l’Université des Sciences en Ligne) et l’Université Lille 1 mettent en place un dispositif pour comprendre le monde au quotidien et surfent sur la vague des MOOC (Massive Open Online Course): ils lancent leur propre dispositif intitulé : EUREKA ! dont l’objectif est de faire le tour d’horizon des phénomènes de notre quotidien et plus largement comprendre le monde qui nous entoure.
    Dossier Thot
TIC et éducation : avantages, défis et perspectives futures
Education et francophonie Revue scientifique virtuelle
Michel Serres: l’espace digital révolutionne les institutions
  • Vidéo de 4′ en ligne

Jean Vanderspelden s’appuyant sur les propos de Michel Serres

  • annonçant la bascule progressive de notre société « De la distance métrique vers la proximité numérique », utilise de plus en plus Classilio, outil synchrone collectif, pour inter-agir à distance dans le cadre des actions mises en place par ses partenaires : Aquitaine Cap Métiers (Aquitaine), APapp (National), Atelier Lan Berri (Aquitaine), ARFTLV-AGEVIF (Poitou-Charentes) ARIFOR (Champagne-Ardenne), C2R (Bourgogne), ERREFOM (Basse Normandie), INSUP (Aquitaine), Prisme (Limousin), etc…
    Vidéo de 1’30 en ligne de Classilio

 

Inspection Générale de l’Éducation Nationale, Rapport de mission sur le plan « Un collégien, un ordinateur portable » dans le département des Landes décembre 2012
  • Extrait

    « Dix ans après le début de l’opération, la mission a pu constater que les professeurs s’étaient engagés dans un processus d’hybridation entre pédagogie classique et usages des outils numériques. Si elle est ponctuellement amorcée, la réflexion reste encore inaboutie sur l’impact du numérique sur le métier d’enseignant, sur la posture du professeur et les articulations entre outils fixes et nomades, sur la gestion de l’espace et du temps dans la classe, sur les pratiques transversales en relation avec la construction des apprentissages.
    Quelle que soit leur discipline, les professeurs déclarent que leur métier a radicalement changé. Ils apprécient en particulier que les outils leur ouvrent le vaste champ de ressources pour la classe et d’activités variées pour les élèves sans toujours mesurer les enjeux qui en découlent. Mais la mission a observé des pratiques très diversifiées : certains professeurs pratiquent un butinage pédagogique au jour le jour alors que d’autres, souvent plus expérimentés, assument clairement – dans le cadre de leur liberté pédagogique – la responsabilité de construire des progressions sur l’année en fonction des programmes (une responsabilité autrefois dévolue aux concepteurs de manuels) .

      L’enjeu est aujourd’hui double pour chaque professeur :

    • trouver des articulations vertueuses entre le foisonnement de ressources auquel il a accès et les programmes, tant dans les phases de découverte que dans les phases de fixation des acquis ;
    • trouver la place de la formation qu’il dispense dans la construction de compétences transversales et participer avec ses collègues au développement de l’autonomie des élèves.

    La posture pédagogique induite par les TICE reste encore à élaborer. En quoi le collège numérique change-t-il la place et la fonction du professeur dans l’espace de la classe? Quelle articulation trouver entre équipements collectifs et ordinateur portable des élèves ? Quelle circulation du professeur et des élèves dans la classe ? Est-il pertinent de donner à voir sur le tableau numérique et sur les écrans individuels des élèves la même chose en même temps ? Dans quels cas ? Dans quels buts ? Comment utiliser les potentialités offertes de propager sur les écrans individuels l’écran du professeur, de capturer un écran élève pour le montrer au TBI ? Comment fixer les savoirs ? Quelle trace écrite et sur quel support? Les pratiques dans ces domaines sont encore hésitantes chez la majorité des professeurs. « 

Nouveaux enjeux de l’édition: 8 défis pour les bibliothèques
  1. L’accessibilité
  2. L’apprentissage/la formation
  3. L’éthique
  4. La préservation.
  5. Le partage
  6. La médiation.
  7. L’édition locale et patrimoniale
  8. La création.
Le numérique et l’enseignement
Conférence : Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO Video (20′)
  • Madame Irina Bokova affirme que les technologies nous rendent plus puissants mais pas plus intelligents et que sans une formation des enseignants et des apprenants à l’usage des TIC l’accès à des contenus (dont la qualité est une nécessité) ne sera pas suffisant pour permettre d’atteindre les objectifs de l’éducation pour tous.
    Source : THOT Cursus
Rencontre annuelle de l’ORME Le numérique, vecteur d’une culture partagée ?
  • Jeudi 28 mars et Vendredi 29 mars, Palais des congrès, Marseille
    Comment former des jeunes à cette nouvelle culture et leur donner les moyens d’être acteurs de la société numérique ?
    [mais aussi, comment former les enseignants pour qu’ils puissent former les jeunes ?]
Premier cours MOOC (Massive open online courses)
  • avec certificat de réussite en France
    Le cours de L’École centrale de Lille porte sur la gestion de projet
    Source : Centre de documentation sur l’éducation des adultes de la condition féminine (CDEACF), 19/02/2013
Vers quelles organisations scolaires à l’ère du numérique ?
  • C’est au lycée Faidherbe à Lille que l’association française des acteurs de l’éducation (AFAE) a choisi de vous accueillir les 22, 23, et 24 mars 2013 pour son 35e colloque national.
Les TICE à l’université : ni une révolution, ni un désastre
  • « Isolés dans notre bulle technologique, nous tenons pour une évidence que l’usage des TIC a un impact positif sur les apprentissages. Or, cet effet n’est absolument pas prouvé. Il reste énormément de recherche à faire dans ce domaine, pour passer de l’intuition et de l’anecdote à un corpus de données incontestable.  »
    Source : THOT Cursus.
Michel Serres – L’innovation et le numérique
  • Michel Serres, de l’Académie française, a prononcé cette conférence inaugurale le 29 janvier 2013 pour le lancement officiel du Programme Paris Nouveaux Mondes, l’Initiative d’excellence du Pôle de recherche et d’enseignement supérieur « hautes études, Sorbonne, arts et métiers »(Pres héSam). Source : Canal U, la videothèque numérique de l’enseignement supérieur
Un Avis de l’Académie des sciences : L’enfant et les écrans,
Les Entretiens du nouveau monde industriel 2012
Dans la Silicon Valley, l’école fait écran noir
  • La Waldorf School, issue de la méthode Steiner, bannit ordinateurs, iPad et télé jusqu’au lycée, au profit d’activités avec les professeurs. Dans la Silicon Valley, l’école fait écran noir.
    Faut-il mettre des écrans dans les écoles ? Source : Libération – Samedi 2-Dimanche 3 février 2013, p. 4
Une critique de l’expérimentation « Le trou dans le mur » en Inde. Scientific American, August 2003, P. 43-47, « A hole in the Wall »

Manifestations

« Vers quelles organisations scolaires à l’ère du numérique ? »
XXXVe colloque national de l’Association française des Acteurs de l’Éducation (AFAE)
22, 23 et 24 mars 2013 à Lille


Références bibliographiques

  • OLSON D. R. (1998), L’univers de l’écrit – Comment la culture écrite donne forme à la pensée, Paris, Retz
    L’esprit est, en partie, un artefact culturel, un ensemble de concepts, formé et modelé dans l’utilisation des résultats propres à l’écrit. (…) L’invention de ces artefacts a laissé une empreinte indélébile sur l’histoire de la culture ; apprendre à s’en servir laisse une empreinte indélébile sur la cognition humaine.
    Ce serait une erreur de penser que les usages intellectuels de la culture écrite ont pris la même forme dans toutes les cultures. Mais il semble peu douteux que l’écriture et la lecture aient joué un rôle essentiel dans la genèse d’un bouleversement, par lequel nous sommes passés d’une pensée sur les choses à une pensée sur les représentations des choses, c’est-à-dire à une pensée sur la pensée. Notre conception moderne du monde et de nous-mêmes est, pourrait-on dire, un sous-produit de l’invention du monde sur le papier.
  • BACH J-F., HOUDE O., LENA P., TISSERPN S., L’enfant et les écrans – Un avis à l’Académie des Sciences remis le 17 janvier 2013
    Analyse des bénéfices tirés de l’usage des écrans par les enfants mais aussi des risues que ceux_ci encours. Les parents sont invités à une certaine prudence et, surtout, à maintenir le dialogue avec leurs enfants ! Version électronique, consultée le 4 février 2013
    Critique de ce rapport

 


 

Aller à la barre d’outils