Les administrations

La demande d’éducation évolue. La formation des personne concerne non seulement les jeunes mais aussi les adultes de tous âges : tous les ministères sont concernés.

Depuis 2006, le comité de développement de la validation des acquis de l’expérience réunit les 13 ministères certificateurs :
les affaires sociales ; l’agriculture ; le budget ; la culture ; la défense ; l’éducation ; l’emploi et de la formation professionnelle ; la fonction publique ; l‘intérieur ; la jeunesse et des sports ; les petites et moyennes entreprises ; la santé ; les transports.

Ministère de l’éducation et de l’enseignement supérieur et de la recherche

Rapport Germinet : développer la formation professionnelle continue dans le supérieur.
Dans une société de la connaissance, où le niveau de qualification de la population est en augmentation rapide, l’université a vocation à être l’un des principaux acteurs de la formation tout au long de la vie.
Ce rapport constate que des évolutions sont nécessaires pour développer les besoins en formation continue, à la fois du côté des universités, pour adapter l’offre de formation à des salariés dont les besoins portent le plus souvent sur des formations courtes et non diplômantes ; et du côté des salariés et des employeurs, pour reconnaître les établissements d’enseignement supérieur comme des acteurs majeurs en matière de formation professionnelle.
Les établissements d’enseignement supérieur représentant seulement 3% du marché de la formation continue en France, leur potentiel de développement est donc très important.

Reconnaissance des acquis de l’expérience professionnelle et personnelle (reprise d’études, diplomation)

DÉCLARATION MONDIALE SUR L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR POUR LE XXIe SIÈCLE : VISION ET ACTIONS, UNESCO, 1998

Article 1 (b) « offrir un espace ouvert pour la formation supérieure et l’apprentissage tout au long de la vie, offrant aux apprenants une gamme optimale de choix et un dispositif souple de points d’accès et de sortie du système ainsi que des possibilités d’épanouissement individuel et de mobilité sociale, afin d’éduquer des citoyens qui participent activement à la société, ouverts sur le monde, dans la perspective du renforcement des capacités endogènes, de la promotion des droits de l’homme, du développement durable, de la démocratie et de la paix dans la justice.« 

 Universités et territoires

Revue électronique pour montrer, par la valorisation d’actions et d’expériences emblématiques et remarquables, aux décideurs territoriaux que l’Université joue un rôle centrale dans l’émergence d’une société de la connaissance.


La délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP)

La formation professionnelle


La direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative (DJEPVA)

Soutient les actions d’intérêt général des associations de jeunesse et d’éducation populaire, veille à la sécurité des mineurs fréquentant les accueils collectifs de mineurs et concourt au développement des politiques éducatives locales

Ministère de l’agriculture
L’enseignement agricole public est un système complet d’enseignement

L’enseignement agricole public relève du Ministère en charge de l’Agriculture depuis la création de celui-ci en 1881.

Il représente, par le nombre d’élèves, d’apprentis, d’étudiants et de stagiaires en formation continue, la deuxième communauté éducative en France.

L’enseignement agricole public, c’est un système éducatif complet qui offre une variété de parcours de formation allant de la classe de 4ème jusqu’aux diplômes d’ingénieurs, en passant par les CAP, BEP, bacs, BTS et licences professionnelles.

Tous les diplômes de l’enseignement agricole peuvent être préparés par voie scolaire, par apprentissage, en formation continue, à distance ainsi que par la validation des acquis de l’expérience.

L’enseignement agricole public comporte à la fois un enseignement secondaire technique et un enseignement supérieur.

Voir EDUCAGRI

Aller à la barre d’outils