Expérience

Hélène Bézille & Bernadette Courtois (Coords.), PENSER LA RELATION EXPÉRIENCE-FORMATION, Lyon, Chronique sociale, 2006

Au-delà de ce que nous prescrit la sagesse populaire quand elle nous invite à « tirer les leçons de l’expérience », reste à savoir comment s’y prendre, quelles sont les conditions pour qu’une expérience soit autoformatrice. Ce vieux débat connaît un regain d’actualité. Une attention de plus en plus grande est portée, dans les milieux professionnels et dans les institutions éducatives et de formation, à la valeur des « apprentissages informels ». La possibilité qu’ont aujourd’hui les adultes de valider les acquis de leurs expériences professionnelles et sociales par tout ou partie de diplôme fait également de l’expérience une notion à la mode, qui devient un mot-clef du lexique de la formation des adultes.
Il traite des relations entre expérience et autoformation à partir du regard croisé de chercheurs aux postures épistémologiques et professionnelles diverses. Le parti-pris est également d’articuler fortement les éclairages conceptuels et de terrain. Le point de vue adopté se veut à la fois original, rigoureux et respectueux de la complexité des processus en jeu. Il s’organise autour de trois entrées:
– une approche historique et épistémologique qui se propose d’éclairer la notion d’expérience, en articulant l’héritage et l’actualité de la notion, en lien avec les processus d’autoformation ;
– une exploration de pratiques innovantes d’accompagnement de l’autoformation, qui font appel à l’analyse de l’expérience ;
– une regard anthropologique sur les liens entre expérience et autoformation qui intègre un décentrage vers des approches de l’expérience issues d’autres traditions culturelles.
Le projet de l’ouvrage a été initié par les membres d’un groupe de recherche interdisciplinaire issus du réseau A_GRAF(1). Il s’inscrit dans le prolongement d’une réflexion sur la « formation expérientielle » développée il y a une dizaine d’années par deux des contributeurs de l’ouvrage(2).
(1) http://www.a-graf.org
(2) Bernadette Courtois et Gaston Pineau (Coords), 1992, La formation expérientielle des adultes, Paris, La Documentation française.
Sommaire
Présentation des auteurs
Préface Pierre Dominicé
Introduction Hélène Bezille et Bernadette Courtois
I. Positionner la notion d’expérience : l’émergence d’un concept
Présentation
Ch 1 Christian Verrier, De la scolastique à l’expérience : le tournant de la fin du Moyen Âge
Ch 2 Jacqueline Feldman, Propos sur l’expérience à travers la vie, la connaissance, la science
Ch 3 Mohammed Melyani, Expérience auto formatrice et intuition créatrice
Ch 4 Hervé Prévost, Expérience de soi dans le cours de la vie : entre parcours et discours
Ch 5 Christian Verrier, Expérience réfléchie et expérience non réfléchie
II. Apprendre à se former par l’expérience
II.1 De l’expérience à l’autoformation : des questions aux propositions
Présentation
Ch 6 Bernadette Courtois, La transformation de l’expérience : sens, savoirs, identités
Ch 7 Pierre Landry, Les relations entre expériences, apprentissages et autoformation
Ch 8 Catherine Clenet, L’accompagnement de l’autoformation expérientielle
II.2 L’expérience en formation : des questions aux expérimentations
Présentation
Ch 9 Hélène Bézille, Du témoignage au travail sur les représentations
Ch 10 Francis Lesourd, L’explicitation biographique des moments transformateurs
Ch 11 Pascal Galvani, La conscientisation de l’expérience vécue : ateliers pour la recherche-formation
Ch 12 Marie-José Barbot, L’accompagnement de l’expérience interculturelle : construire la rencontre ?
Ch 13 Claude Debon, Parcours de la reconnaissance : le processus de la validation des acquis de l’expérience (VAE)
III.  Élargir les champs d’investigation
Présentation
Ch 14 Gaston Pineau, Autoformation, expérience et spiritualité
Ch 15 René Barbier, Sagesse, expérience et éducation
Conclusion, Hélène Bézille et Bernadette Courtois
Postface, Bertrand Schwartz
Index
Bibliographie

Luc Albarello, Jean-Marie Barbier, Étienne Bourgeois, Marc Durand, Expérience, activité, apprentissage, Paris, PUF, 2013

La question de l’expérience, de ses rapports avec l’activité, l’apprentissage et le développement humain est devenue une question centrale, tant sur le plan social que scientifique.
Dans une perspective de formation et dans un contexte de transformation constante des rapports entre travail et formation, la compréhension de sa construction, de sa transmission et de sa validation représente un enjeu considérable. Elle concerne toutes les activités et tous les métiers ayant pour objet la transformation de l’activité humaine (éducation, accompagnement, management, gestion, conseil, emploi, orientation, communication, soin et santé, travail social, ergonomie, sport).
Réunissant des auteurs précisément et simultanément représentatifs de champs de pratiques et d’approches scientifiques variées (apprentissage et formation des adultes, éducation physique, gestion scolaire, didactique professionnelle, analyse de l’activité), cet ouvrage se propose un triple objectif : conceptualiser les rapports respectifs entre expérience, activité et apprentissage, rendre compte de la construction et de l’organisation de l’expérience, analyser les modalités de sa mobilisation dans la vie professionnelle et sociale.

Sommaire

  • Introduction
  • Ch 1 : Expérience et apprentissage. La contribution de John Dewey, par Étienne Bourgeois.
  • Ch 2 : Expérience, mimèsis et apprentissage, par Marc Durand, Annie Goudeaux, Zoya Horcik, Deli Salini, Joël Danielian, Laurent Frobert.
  • Ch 3 : Expérience, apprentissage, éducation, par Jean-Marie Barbier.
  • Ch 4 : Le travail de l’expérience, par Pierre Pastré.
  • Ch 5 : La sensibilité à, organisatrice de l’expérience vécue, par Michel Récopé, Géraldine Rix-Lièvre, Hélène Fache, Simon Boyer.
  • Ch 6 : Construction de l’expérience, habitudes d’interprétation et signification du vécu, par André Zeitler.
  • Ch 7 : Organisation de l’expérience et cours de vie, par Denis Hauw et Yann Lemeur.
  • Ch 8 : La convocation de l’expérience en formation. Le cas de la préparation à la fonction de directeur d’établissement scolaire au Québec, par Frédéric Yvon.
  • Ch 9 : Propriétés de l’expérience et dispositifs en formation d’adultes. Luc Albarello.
Dewey John, Démocratie et éducation. Suivi de Expérience et éducation, Paris, Armand Colin, 2011, 516 p.

« L’éducation traditionnelle consiste à imposer à l’élève le savoir, les méthodes et la morale des anciens, de manière contraignante et par conséquent non motivante. L’éducation progressiste créée en réaction à l’éducation traditionnelle s’en distingue donc tout particulièrement : elle vise à favoriser l’expérience personnelle des élèves, à l’exploration et l’amélioration des aptitudes individuelles sans chercher à imposer la contrainte d’éduquer en pensant aux futurs besoins sociétaux. »

Retour sur le cycle de Kolb. A-GRAF, 2005
  • Critique par Pierre Landry
  • Une description du cycle de Kolb
  • Le point de vue de Mathias Finger
  • Le point de vue de Joffre Dumazedier
  • Le point de vue de Michel Fabre
  • Le point de vue d’Alexandre l’Hotellier
LES RÉFLEXIONS SUR LES PRATIQUES AU CŒUR DU TOURNANT RÉFLEXIF, Gaston Pineau, 2007

1. Le tournant réflexif : passage du paradigme de la science appliquée a celui du praticien-réflexif.
2. La réflexion comme boucle autopoiétique (ou formatrice de soi, autoformatrice)
3. Une carte a grande échelle de méthodes de réflexions sur les pratiques.
4. Récit de vie professionnelle
5. La pratique réflexive : clef de la professionnalisation du métier (Perrenoud P., 2001)

L’Entretien d’explicitation. Accompagner l’apprenant vers la métacognition explicite, Armelle Balas-Chanel, 2002
  • Objet de l’entretien d’explicitation : l’intelligibilité de l’action
  • Les conditions nécessaires à la mise en œuvre de ce type d’entretien
  • Les techniques utilisées
  • Conclusion : Développer la métacognition explicite par l’entretien d’explicitation

Voir AUTOFORMATION

 

Aller à la barre d’outils