Handicap

Responsable du groupe de projet : Jean-Philippe LaMarche

Description 

La thématique du handicap revient fréquemment dans de nombreuses politiques publiques : emploi, formation, logement, ressources, participation citoyenne, éthique, accessibilité.

Mais, être handicapé, ce n’est pas seulement appartenir à un groupe social déterminé, c’est surtout être éloigné d’autres fonctions sociétales. 

De nouvelles formes de socialisation émergent qui sont modelées par la désaffiliation sociale, la mondialisation, le culte de la performance, l’affirmation de soi et son accomplissement, la montée de l’individualisme… Dans un tel environnement, il devient facile –suite à ce que l’on appelle « accident de la vie »– d’appartenir très vite au panel des ”déclassés” porteurs d’incapacités à l’origine de retrait progressif de la vie sociale. 

Certaines scléroses institutionnelles –et leurs cloisonnements selon les territoires– éloignent la personne des valeurs humanistes particulièrement nécessaires pour approcher cette dimension multiple et complexe que celle du handicap autant physique, mental et psychique que social et sociétal.

L’appareil institutionnel se remodèle, impulsé par des textes qui donnent légitimité, moyens et démarches. Mais, qu’en est-il des pratiques, des usages, des réalités quotidiennes ?

Vu sous cet angle, comment évolue le panorama du handicap ? Qui sont les contributeurs d’innovation et d’évolution ?

Notre groupe de projet permet de s’inscrire dans cette actualité et d’être un observatoire des mouvements émergents qui responsabilisent et reconnaissent les savoirs pluriels des personnes en situation singulière.

Il mobilise des experts dont la diversité fait référence au niveau des nouveaux usages dans un monde mutant. Le CMA devenant le creuset et le référent de ceux qui prônent les valeurs humanistes dans une société qui passe d’un modèle classique de la socialisation par la transmission à la socialisation par l’expérience.

Un groupe de veille et de réflexion auquel les autres associations viendront se nourrir permettra à ces dernières d’engager une démarche qui devrait profiter à toute personne laissée actuellement sur le côté.

Objectifs

Pour cela, nous allons :

  1. Établir un diagnostic pour identifier et recenser les représentations et les initiatives dans le handicap auprès de membres du “Comité Mondial pour les apprentissages tout au long de la vie” (CMA), en France et à l’étranger.
  2. Créer une cellule ressources et conseil dans le domaine du handicap (y compris social et sociétal) par un engagement humaniste.
  3. Créer des synergies et favoriser les échanges de pratiques professionnelles aux logiques plurielles pour faire émerger les expériences novatrices et mutualisables. Le groupe Handicap pourra s’inscrire et s’appuyer sur le projet des “1000 réseaux des apprentissages tout au long de la vie”.
  4. Mettre en oeuvre des événementiels, conférences thématiques et contemporaines sous forme d’animation de séminaires, groupes de travail, colloques.

Pour indication : le précepte de Jean Berbaum selon lequel “l’apprentissage est un processus omniprésent et multiforme, aux conséquences non nécessairement prévues à l’avance” s’applique particulièrement à la population handicapée. Apprentissage que l’on peut aussi entrevoir comme un effet annexe des situations que propose la vie. (cf Marc Fourdignier)

Concertation et pragmatisme – Développement soutenable et accessibilité universelle.

De la reconnaissance et du développement des compétences à l’organisation apprenante dans les établissements et services d’aide par le travail (ESAT).
Lire Handicap, reconnaissance et formation tout au long de la vie, 2013
Aller à la barre d’outils